List'In MAE

Index de l'article

Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget

Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget  Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget  Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget 

 

Par Christian Faure

Le Constellation  n° 2503 . F-ZVMV,  banc d'essais volant, a reçu des renforts structuraux, dont l'étude et la réalisation ont été effectue dans les ateliers  Air France à Toulouse- Montaudran  du  08/01/1962  au  03/03/1962,  la CGTM  a effectué la fabrication et le montage de l'installation d'essais  du  04/1962  au 03/1963 à  Istres ( Compagnie Générales  des Turbo-Machines créée le 01/07/1956, filiale de Turboméca et  Hispano-Suiza, elle avait  pour vocation de tester en vol les turbines Turboméca ainsi que leur système de dégivrage) .

En  Avril 1964,  Il a succédé au MB 161 R  Languedoc  n° 81.  F- ZJOW  ex  F-ZWRF

Dernier Languedoc volant, a tristement fini sa carrière dans le champ de tir de Cazaux
Vol de convoyage Istres-Cazaux effectué le 11/01/1965, durée 2h00

Comme celui-ci, son installation avait pour vocation:
- mise au point et développement des moteurs
- analyse de leur comportement en  atmosphère givrante
- test et mise au point de leur système de dégivrage
- certification pour les services officiels

Elle était positionnée sur la structure du fuselage, et constituée de deux parties:
- Un ensemble, voilure / bati-moteur, capable de recevoir plusieurs types de turbo- propulseurs ( Turmo , Bastan , Aztazou pour respectivement : Breguet 941, Nord 262, Jetstream / Pucara ) ou bien de réacteurs ( CF 700 , Larzac )  le montage du support réacteur était spécifique. Initialement  il avait servi pour les essais de dégivrage du
CF 700, du Mystère 20 ( pas encore dénommé Falcon ) avec l'utilisation du mat de givrage. Le Larzac de l'Alpha Jet n'a subi que des essais moteurs ( voir photo, pas de mat de givrage )
- Un mat de givrage situé en avant, composé de huit rampes supports de gicleurs, pulvérisait un flux d'eau distillée afin de givrer le module en essais, pour analyser son comportement en atmosphère givrante et  tester son système de dégivrage lorsque l'épaisseur de glace devenait critique. Une caméra fixée sur le mat dans l'axe du moteur permettait  un suivi  par circuit TV interne par l'observateur,  et deux caméras robots   ( argentiques) fixées sur les montants, déclenchées par celui-ci aux moments opportuns fournissaient  des séries de photos qui étaient développées à l'issue du vol

 

Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget Dans la partie arrière du fuselage  deux UAP,  Unité Auxiliaire de Puissance, '' Aquitaine '' ( dérivé du  GTM  Artoute II )  fournissaient:
- L' énergie électrique  par des alternateurs.
- L'énergie pneumatique par prélèvement de l'air comprimé, grâce à  un collecteur au  niveau du P2 (prises de pression, en position 2, situées  après le compresseur  centrifuge et avant la  chambre de combustion ) Elle permettait de véhiculer l'eau distillée (réservoir de 1500 l) pour  alimenter les pulvérisateurs du mat, après avoir été refroidi dans  un échangeur air / air situé  sous le fuselage. ( température de sortie du P2  environ 200°/220° )
Les deux ''Aquitaine'' étaient dans des conteneurs étanches en inox, ( les entrées d'air et sorties des gaz étaient extérieures ) pour des raisons de :
- Sécurité
- Bruit
- Pressurisation du fuselage. (Cliquez sur l'image pour plus de détail)

 

Un pupitre de contrôle dans la partie centrale du fuselage permettait à trois ingénieurs navigants d'essais et expérimentateurs de :
- Démarrer, contrôler et arrêter :   moteur en essais, UAP .
- Contrôler tous les paramètres de ceux-ci à l'aide de leur instrumentation
- Contrôler et régler le débit d'eau des gicleurs du mat de givrage, à l'aide des vannes de réglages des débitmètres à flotteurs, afin d'obtenir des conditions de givrage, de la plus légère à la plus sévère
- Une batterie de trois enregistreurs  HB enregistrait les paramètres du module en cours de test durant toutes les phases d'essais, pour être analysés et exploités après développement
- Trois radômes sur la partie supérieure du fuselage, un central et deux latéraux permettaient une surveillance visuelle occasionnelle, pouvant compléter sous des angles différents, la vision fourni par la caméra TV.
La durée moyenne d'un vol test était d'environ  de 2h à 2h 30 (Cliquez sur les images ci-dessous pour plus de détail)

Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget

 

Lockheed L-049 Constellation F-ZVMV, CNAV L-749, N°2503, préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget

Pour info :

L'ingénieur navigant d' essais CGTM, responsable du programme, était mandaté par les services officiels STAé et CEV, ce qui évitait  de dupliquer les vols d' essais et permettait   donc, des gains de temps ( et d'argent ) pour les certifications.
L'ensemble du personnel navigant, pilotes, ingénieurs, expérimentateurs , mécaniciens  avaient tous la qualification '' essais '' ( le niveau supérieur ) soit pour être comme certains, des  anciens du  CEV, soit  pour l'avoir acquise à l'issu des stages  '' EPNER ''  ( École du Personnel  Navigant d' Essais et de Réception ) à  Istres

A cause du départ de la CGTM pour l'aérodrome de Pau - Uzein, ( 64 ) prévu début 1967 le Constellation a été  transféré au CEV Istres en Mars 1966, accompagné de l'ingénieur  navigant d'essais de la CGTM responsable du programme et de l'équipe technique.
Les essais se sont poursuivis jusqu'au 19/12/1974.

Back to top