Nord Aviation N.2501 Noratlas - Tarbes - (65)

  • Constructeur : Nord Aviation
  • Désignation : N.2501 Noratlas
  • Numéros portés/visibles : 111
  • Code porté : 63-BP
  • Date d'observation : 13 mars 2008
  • Situation actuelle : En place.
  • Département : Hautes-Pyrénées (65)
  • Ville : Tarbes

Informations diverses:

En place à l’entrée de la caserne « quartier Soult » ‘place du Général Faulconnier », de son petit nom « Bigorre » son installation en « pot de fleur » a été inaugurée le 23 mars 2005.

En complément, quelques mots concernant cet appareil particulier:

« Pour la « petite Histoire »……………..

Ce jour de Mars 1969, le Nord 63 BP rentrait sur Creil d’une mission pour les FAS. Equipage : Pilote et Naviguateur et le Mécano Avion (Grâce à qui je suis encore en vie aujourd’hui!) A l’arrière, un gros conteneur et les Mécanos d’accompagnement.
Il faisait nuit, du brouillard et l’avion avait pris la direction de la piste en percée GCA (Ground Controlled Approach, guidage réalisé par la tour de contrôle). Les naviguants volent « en aveugle », guidés par la Tour de Contrôle au sol. On a survolé la forêt, passé une première colline et là, un « trou d’air ». L’avion a chuté à plat d’une dizaine de mètres. Suite à cela, le mécano, debout derrière les Nav’ a enclenché les projecteurs avant. Stupeur, devant l’avion, à travers le brouillard, apparaissaient…..la cime des arbres. Ensuite, tout a été question de réflexe. L’équipage a fait preuve d’un sang froid extraordinaire. Action sur les moteurs pour lancer le plein régime, cabré maximum à la limite du décrochage, le Nord a « sauté » la colline et derrière il y avait….la piste. Les roues ont touché le sol, la « reverse » a été balancée immédiatement et on s’est posé au plus court dans cette configuration.
Je me rappelle 3 choses qui sont restée gravée dans ma mémoire. Le bruit des branches qui ont frappé la carlingue du Nord, le bruit des chaînes malmenées qui fixaient le conteneur au plancher et la réaction du collègue qui était face à moi à l’arrière, sa bouche s’ouvrant sur un cri muet……….on allait au « tapis »
Et bien non, le miracle a eu lieu, miracle d’après les mécanos de la Base qui nous on dit : « du pot les gars, ceux qui ont touché les arbres avant vous, se sont crashé!! »
Bon…. on a eu droit à un spécial menu au mess, mais il a fallu repartir sur Istres… et dans un autre avion, car celui là, à ma connaissance, n’a plus repris de service à l’air. Les plexi du cockpit bas avaient éclaté (j’ai récupéré un morceau de bois dans la cabine de l’avion) les ailes étaient lacérées par les branches ainsi que le plan transversal reliant les poutres longitudinales. La « reverse » n’avait pas arrangé les moteurs, mais miraculeusement le train d’atterrissage n’avait pas (trop) souffert. Inutile de vous dire que lorsque nous avons décollé avec un autre Nord en direction d’Istres, tout le monde à l’arrière était « dans ses petits souliers ».
Une sacrée machine, cet avion, 45 ans de service (53 >> 98) dans l’Armée de l’Air!

Voilà la petite histoire d’un beau jour de Mars 1969 qui aurait pû être pour moi et mes camarades, le dernier!
J’ai cherché des rapports d’accidents concernant le 63 BP, sur le Net, mais je n’ai rien trouvé.
J’ai revu cet avion sur la BA 721 (l’ancienne Base) il servait pour l’instruction au sol des mécanos volant.

Encore merci pour votre publication, cela m’a fait retrouver de vieux souvenirs…..j’avais 21 ans à l’époque!!! »

Un énorme remerciement à Jean-Jacques Wilmouth D’avoir bien voulu partager cette « expérience » 😉

En image:

Localisation:

43°13'25.1"N / 0°04'07.4"E